Imperial Commando : 501st

Dernier roman de Karen Traviss consacré aux Commandos Clones et aux Mandaloriens, bien connus depuis la série des romans Republic Commando, Republic Commando 501st prend place juste après la Guerre des Clones, alors que l’Empire s’installe au pouvoir.

Dans ce contexte, on retrouve nos Commandos Null (Ordo, etc.) et un tas d’autres personnages gravitant autour de l’inévitable Kal Skirata; lesquels se retrouvent sur Mandalore en évitant de faire trop de vagues après leur désertion des rangs de l’Armée Républicaine/Impériale, alors que Darman et Niner eux, n’ont pas pu s’échapper et continuent de servir l’Empire, au sein de la 501ème Division. Leur rôle étant désormais de participer à la Purge entamée par Dark Sidious et Dark Vador, et donc de pourchasser des Jedi.

Difficile de dévoiler toute l’intrigue pour ne pas trop vous spoiler ^^ d’autant plus, que pour être honnête, j’ai été assez déçu du manque d’action de ce premier (et dernier) Imperial Commando. Sans trop vouloir exagérer, il ne se passe pas grand-chose au cours de ces quelques centaines de pages, que ce soit sur Mandalore avec les fugitifs, ou au sein de la 501ème avec Darman et Niner.

J’ai également trouvé un peu lourdes certaines répétitions et larmoiements : oui c’est bien triste que la pauvre Etain soit décédée en laissant un enfant derrière elle, oui c’est magnifique comme un groupe de personnes n’ayant rien en commun peu finalement se retrouver soudés contre l’adversité dans ce petit refuge de Kyrimorut, oui ils sont tous plein de pognon après que les Null aient piraté les comptes bancaires de toute la galaxie, et oui Kal’buir adore décidément « ses » clones (quels « good lads » ces clones ^^). Lorsque tout cela est dit une fois, c’est bien, le message passe. Répété à longueur de page ça commence à devenir un peu lassant, surtout qu’en terme d’action on reste sur sa faim – ce qui est peut-être un peu normal étant donné le contexte post-Ordre 66…

Quelques surprises viennent quand même sortir nos réfugiés mandalo-jedi-clones-séparatistes de leur relative tranquillité, mais même cela n’a pas grand impact sur l’histoire. Dommage que Karen n’ait pas profité de son « dernier roman » pour aller un peu plus loin, mais comme elle l’a précisé elle-même, il s’agit d’une volonté de laisser la porte ouverte à de futurs auteurs qui reprendraient ces personnages par la suite.

Donc au final pour moi un roman pas forcément inintéressant, loin de là, mais un sentiment d’inachevé et une histoire pas spécialement riche en rebondissements et en action. Les amateurs de clones et de Mandaloriens seront cependant comblés car, c’est l’avantage principal du roman selon moi, on y lit encore beaucoup de choses sur ces deux groupes, ce qui acroit d’autant leur background.

Bon sur ce je me jette sur le dernier hardcover que je viens juste de recevoir – Darth Bane: Dynasty of Evil.

^^

Author: Exar Kun

1 thought on “Imperial Commando : 501st

  1. Personnellement, j’ai beaucoup aimé le livre. Les seuls passages qui m’ont vraiment déplu concernent Darman qui à mon sens perd la boule à la fin du bouquin.
    C’est sans doute parce que j’ai suivi attentivement les Legacy of the Force, et que j’ai particulièrement aimé ceux écrits par Traviss, que j’ai apprécié le livre dans lequel se met en place la transition entre les Republic Commando et les LOTF. Malheureusement, comme il n’y aura pas de suite, on ne saura probablement jamais comment les clones ont stoppés leur veillissement accéléré. J’aurai aussi aimé savoir si X allait épouser Y et adopter la jeune Z :-((
    Je trouve dommage que Traviss raccroche son tablier à cause de TCW, d’autant que l’Essential Atlas dit clairement que les Nouveaux Mandaloriens (les Mandies pacifistes de TCW :smug: ) ne sont qu’une faction et qu’ils ont coexisté avec les Death Watch et les Protecteurs Mandaloriens de Jaster Mereel (les vrais Mandies ;-) ).

Comments are closed.